Place à la nanoélectronique !

Un rapport remis à la commission européenne affirme qu'il faut consacrer au moins 6 milliards d'euros par an - public et privé - pour asseoir le développement de la nanoélectronique et annonce la création d'une plate-forme technologique sur le sujet.

«Si elle veut devenir la puissance industrielle la plus compétitive au monde, l'Europe doit assurer la transition du secteur de la microélectronique vers la nouvelle génération technologique que constitue la nanoélectronique, en y consacrant des investissements publics et privés conjoints d’au moins 6 milliards d'euros par an.»

Tel est le message qui ressort du rapport établi par les dirigeants des principales entreprises et organismes de recherche et présenté le 29 juin à Philippe Busquin, membre de la Commission chargé de la recherche, et Erkki Liikanen, membre de la Commission chargé des entreprises et de la société de l'information.

Le rapport “Vision 2020: Nano-electronics at the centre of change” conduira au lancement de l’ENIAC (European Nano-electronics Initiative Advisory Council) qui sera présidé par Pasquale Pistorio, PDG de STMicroelectronics. Ce partenariat européen entre secteurs public et privé établira un ordre du jour de recherche stratégique concernant la nanoélectronique en Europe et le mettra en œuvre.

L’ENIAC est l’une des plateformes technologiques visant à établir un ordre du jour de recherche commun et à réunir une masse critique de moyens publics et privés, nationaux et européens.

“La nanoélectronique constitue pour l’Europe un secteur stratégique offrant des possibilités de créer un nombre important d’emplois hautement qualifiés et de dynamiser la croissance et la compétitivité dans la plupart des autres secteurs industriels a déclaré M. Liikanen.

“L’Europe ne peut se permettre de passer à côté de la nouvelle génération d’applications électroniques qui, dans le futur, auront l’importance économique que revêt le pétrole aujourd’hui”a déclaré pour sa part M. Busquin.

Selon le rapport, pour être à la pointe dans ce secteur, l’Europe doit disposer :

- d’une chaîne d’approvisionnement compétitive,
- d’une infrastructure de recherche permettant des projets ambitieux et industriellement exploitables,
- de partenariats stratégiques public-privé afin de réunir une masse critique de ressources,
- d’un environnement juridique et financier favorable,
- d’une main-d’œuvre qualifiée en matière de recherche, de conception et de production ayant reçu une formation hautement spécialisée.

Franck Barnu
(source Commission européenne)

Industries et Technologies, N°76 01/07/04

Dernière mise à jour : ( 26-03-2008 )
 
< Précédent   Suivant >